• Chinese
  • Arabic
  • Somali
  • Russian
  • Iran
  • Vietnam
  • Italian
  • Spanish

Sensibilisation aux drogues

Dans tous les voisinages, urbains ou ruraux, riches ou peu aisés, les jeunes – y compris les vôtres – ont accès à des drogues illicites. Les adolescents peuvent y avoir accès à l’école, dans la rue, à la maison ou dans les clubs, et à un âge de plus en plus jeune. Les risques liés à la consommation de drogues sont très grands. Même ce qui, aux yeux d’un adolescent, peut sembler une expérience sans danger, risque d’avoir de graves conséquences : ennuis de santé, toxicomanie, relations brisées, activité criminelle et problèmes juridiques.

Que pouvez-vous faire pour prévenir ces situations?

  • Renseignez-vous sur les différents types de drogues et sur leurs effets.
  • Sachez reconnaître les signes de consommation de drogue chez vos jeunes.
  • Renseignez-vous sur les ressources et services qui peuvent venir en aide à vos jeunes et à votre famille tout entière.
  • Gardez toujours les voies de communication ouvertes entre vous et vos enfants.
  • Faites participer vos jeunes à des activités sociales positives dans votre voisinage.

Parlez des drogues avec vos adolescents

Beaucoup de gens pensent que le fait de parler des drogues aux jeunes les incitera à en faire l’essai, mais des études ont montré que c’est tout le contraire. Il est important que les parents établissent des voies de communication avec leurs enfants dès le plus jeune âge, et qu’ils leur parlent des drogues et de la toxicomanie, ainsi que de leurs effets négatifs sur la vie des gens. Comme les jeunes sont exposés aux drogues de plus en plus tôt, il faut qu’ils aient les outils nécessaires pour prendre rapidement les bonnes décisions.

La Stratégie nationale antidrogue offre les conseils suivants sur la façon d’aborder le sujet des drogues avec votre adolescent :

  • Soyez à l’écoute de ses préoccupations et prenez ses questions au sérieux.
  • Prenez ou conservez l'habitude d'échanger régulièrement avec votre enfant sur divers sujets. Les discussions sur l'usage de drogues n'en seront que plus faciles, le moment venu.
  • Abordez le sujet avant même que les questions surviennent. Discutez de l'enjeu des drogues dès que votre enfant découvre leur existence par les amis, les médias ou les gens de son entourage.
  • Il est souhaitable que l'enfant tire ses premiers apprentissages des risques liés aux drogues de ses parents. Le point de vue que ces derniers inculquent à leur enfant sur l'usage des drogues constitue la pierre d'assise sur laquelle il fondera plus tard sa propre opinion.
  • Mettez cartes sur table quant à votre position. L'efficacité de la communication avec votre adolescent repose sur des idées claires. Dès lors, il ou elle doit savoir que votre position est tranchée sur la question des drogues et que son comportement sera mesuré en fonction de vos principes.

Rappelez-vous que plus un jeune est informé, mieux il sera en mesure de faire un choix avisé lorsqu’il sera confronté à la tentation ou à la pression de ses pairs. Voici d’excellentes ressources qui peuvent aider à orienter vos discussions :

Types de drogues

Pour pouvoir aborder le sujet des drogues avec votre adolescent, il est important de savoir quelles sont les drogues en usage actuellement. Il y a trois catégories de drogues à usage récréatif :

  • Les stimulants, qui accélèrent le fonctionnement du système nerveux central. Cette catégorie comprend la cocaïne, le crack, l’ecstasy et le « Crystal Meth » (méthamphétamine).
  • Les dépresseurs, qui ralentissent le fonctionnement du système nerveux central. Cette catégorie comprend l’héroïne.
  • Les hallucinogènes, qui font voir, entendre ou sentir des choses qui n’existent pas. Cette catégorie comprend la marijuana, le haschisch/haschisch liquide et le LSD.

Pour avoir un « high », certains adolescents utilisent des produits que l’on trouve à la maison ou encore des médicaments d’ordonnance ou en vente libre : inhalateurs (en aérosol, p. ex.), Ritalin, médicaments antidouleur et autres.

Pourquoi les adolescents consomment-ils des drogues?

Les gens, y compris les adolescents, consomment des drogues parce qu’ils veulent changer quelque chose à leur vie. Voici quelques-unes des raisons que les jeunes citent lorsqu’on leur demande pourquoi ils font usage de drogues :

  • Pour s’intégrer
  • Pour fuir ou se détendre
  • Pour échapper à l’ennui
  • Pour avoir l’air adulte
  • Pour se rebeller
  • Pour vivre une expérience

Quelques-uns des dangers de la consommation de drogues

Les drogues peuvent donner une perception déformée de la réalité. Par conséquent, une personne ayant consommé des drogues risque d’agir d’une manière bizarre, irrationnelle, inappropriée ou même destructive. La consommation de drogues comporte de nombreux risques pour la santé. C’est encore plus vrai dans le cas des adolescents, parce que leur cerveau n’a pas fini de se développer. Voici des faits importants :

  • Les stimulants peuvent accroître la fréquence cardiaque et la tension artérielle, ce qui peut provoquer des accidents vasculaires cérébraux et la mort. Ils peuvent causer des convulsions, des difficultés respiratoires ou de l’arythmie. Ils peuvent même provoquer l’anorexie.
  • Les dépresseurs peuvent causer des infections des gencives, un affaiblissement du système immunitaire et l’impuissance.
  • Les laboratoires de drogues illicites n’ont pas de méthodes de contrôle de la qualité ni d’équipement de contrôle des doses. Le consommateur ne peut jamais savoir avec certitude ce qu’il absorbe. De nombreuses drogues contiennent des sous-produits qui sont également dangereux, ce qui peut être à l’origine d’une surdose ou d’un empoisonnement.
  • Le partage d’aiguilles et d’autres accessoires facilitant la consommation de drogues peut causer la transmission du virus de l’hépatite, du VIH/sida ou d’autres virus transmissibles par le sang.
  • Certaines drogues diminuent les inhibitions et affectent le jugement, ce qui peut mener à des activités dangereuses et inhabituelles pour le consommateur, comme des relations sexuelles non protégées, la conduite avec facultés affaiblies, la consommation d’une quantité supplémentaire de drogues ou l’usage de drogues engendrant une plus grande dépendance.

Signes pouvant indiquer qu’une personne consomme des drogues

Bien que les adolescents puissent changer fréquemment d’amis et acquérir aussi souvent de nouvelles habitudes et de nouveaux intérêts, la consommation de drogues s’accompagne souvent de certains changements particuliers. Les parents doivent être au courant des activités de leurs enfants et surveiller :

  • la transformation du cercle d’amis et, en particulier, les amis dont l’adolescent ne parle pas ou qu’il n’invite pas à la maison;
  • les changements de priorités personnelles, comme le fait de s’intéresser de moins en moins à la vie familiale ou la perte d’intérêt pour son sport ou son activité préférée;
  • la diminution du rendement scolaire – une diminution de l’intérêt pour l’école est un signe évident de l’existence d’un problème qu’il faut résoudre;
  • la modification du comportement, particulièrement si l’adolescent devient très cachottier ou montre des signes de dépression et de repli sur soi;
  • l’évolution de l’état de santé, comme un changement des habitudes de sommeil et d’alimentation ou une perte de poids;
  • les indices matériels – certains objets, comme les pipes, les petites cuillères, les tétines pour bébés et les masques chirurgicaux, sont associés à la consommation de drogues.

On trouvera plus de détails au sujet des indices à surveiller sur le site Web de la Stratégie nationale antidrogue.

Risques de nature juridique

Toutes les drogues mentionnées dans cette section sont régies par la Loi réglementant certaines drogues et autres substances et sont considérées comme illicites, sauf dans le cas des personnes autorisées à effectuer certaines activités précises. Les jeunes qui contreviennent à cette loi courent le risque d’être arrêtés et accusés, et d’avoir un casier judiciaire.

Ressources