Anthony Di Monte

En tant que directeur général des Services de protection et d’urgence pour la Ville d’Ottawa, Anthony Di Monte supervise les Services des règlements municipaux, le Service des incendies, le Service paramédic, Sécurité et Gestion des mesures d’urgence ainsi que les activités d’Ottawa 2017. M. Di Monte a œuvré dans des domaines liés à la fonction publique durant toute sa carrière. Il a obtenu son certificat en soins paramédicaux avancés au Collège Dawson de Montréal. Il a terminé une formation en gestion à l’Université McGill et à l’Université de Montréal (École des Hautes Études Commerciales).

M. Di Monte a occupé plusieurs postes de direction au sein de divers services paramédicaux, en commençant par celui de directeur régional d’Urgences-santé Montréal. En 1999, il a assumé la responsabilité des services médicaux d’urgence (SMU) de la région de York, et a été le premier titulaire du poste de chef/directeur général des SMU. Dans le cadre de ce rôle, il a structuré et fusionné les exploitants précédents de manière à former un seul organisme municipal.

En 2001, il est devenu le premier chef des SMU de la nouvelle Ville d’Ottawa, récemment fusionnée, et a coordonné et mis en œuvre la prestation de services médicaux d’urgence pour l’administration municipale de notre capitale nationale.

À titre de directeur général, M. Di Monte a supervisé plusieurs projets d’envergure qui ont eu des répercussions sur la communauté, notamment l’Étude sur l’emplacement des casernes de pompiers de 2015 – Service des incendies d’Ottawa. Cette étude portait entre autres sur la nouvelle norme d’intervention du Service des incendies en fonction de la classification de risques. M. Di Monte a également supervisé l’examen du Service paramédic (qui prévoit des investissements considérables au sein du Service) et la mise en œuvre du Règlement sur les véhicules de location, en vertu duquel un permis a été délivré à une société de transport privée.

Ses projets actuels comprennent de multiples examens de règlements municipaux demandés par le Conseil, la mise en œuvre du projet de radio et la construction de deux nouvelles casernes de pompiers.